« Du côté de l’histoire de l’art » (1/10)
— Titre: "I'm Not The Girl Who Misses Much" (1986) de Pipilotti Rist Source image:Pipilotti Rist: MARTIN Sylvia, "Art vidéo", GROSENICK Uta (éd.), Cologne, Taschen, 2006, p. 81.
 
×
« Du côté de l’histoire de l’art » (2/10)
Cycle présenté par Melissa Rérat en 2010

1. Présentation globale de mon parcours : études universitaires, mémoire,
exposition « Espace(s) féminin(s) : Jen Morris, Elodie Pong », projets.

2.
Choix du sujet de mémoire, établissement de deux hypothèses de lecture :
l’autoportrait, le féminisme.

3.
Travail pratique : rencontre des artistes, entretiens avec des
commissaires d’exposition/ galeristes, séjour à Paris, analyse des vidéos.

4.
Spéci?cités du médium vidéo : un dé? universitaire et / ou le passage de la théorie à la pratique ? Réalisation de l’exposition « Espace(s) féminin(s) : Jen Morris, Elodie Pong », 4.10 – 24.12.2010, Le Cabanon, Université de Lausanne.
5.
Visite guidée de l’exposition « Espace(s) féminin(s) : Jen Morris, Elodie Pong



×
« Du côté de l’histoire de l’art » (3/10)
L'historienne d'art Melissa Rérat viendra narrer son parcours quant à l'élaboration de son mémoire de Master

Le mémoire de recherche
"They're NOT Victims of this VIDEO!":
Quand trois vidéastes suisses lèvent le
masque féminin".

PIPILOTTI RIST, ELODIE PONG ET EMMANUELLE ANTILLE
Ce travail de recherche se concentre sur la représentation du corps
féminin proposée dans les vidéos de Pipilotti Rist, Elodie Pong et Emmanuelle Antille et vise à lever le voile sur les spéci?cités du médium vidéo.

Le titre « They’re NOT Victims of this VIDEO ! », s’inspirantd’une oeuvre de Pipilotti Rist, suggère qu’il est grand temps de lever le masque historique et féminin recouvrant les vidéos des trois artistes étudiées pour découvrir ce qui se cache dessous, ce que révèle un regard neuf. L’histoire propre au médium vidéographique
in?uence encore grandement la façon d’approcher les oeuvres de vidéastes femmes.



×
cycles de conférences (4/10)
La naissance et les premiers développements de la vidéo durant
une période d’activisme féministe est un fait historique, précis et délimité.

Toutefois, son impact colore toujours l’approche des vidéos féminines. Pour décoller « l’étiquette féministe », deux hypothèses sont appliquées à la lecture des oeuvres et permettent de renouveler leur étude.

La première, l’autoportrait, s’intéresse à la ?gure féminine mise en scène et analyse la présence / absence de l’artiste dans son oeuvre. Un troisième corps, celui du spectateur, est invité dans cette ré?exion.

La seconde hypothèse, le féminisme, ré?échit sur le bien-fondé du lien avec la deuxième vague de féminisme des années 1970. Une oeuvre actuelle peut-elle encore être féministe ?

Qu’est-ce qu’une vidéo féministe ?

Une telle catégorisation fait-elle sens ?


Quatre séances de 12h30 à 13h45 (Prix: Frs 45.- (les 4 conférences) Prix étudiants ou apprentis: 20.- (les 4 conférences):


×
« Du côté de l’histoire de l’art » (5/10)
— Titre: "Je suis une bombe" (2006) d'Elodie Pong.Source image: Elodie Pong: BURCKHARDT Jacqueline, "Elodie Pong", Zurich, Pro Helvetia, 2007, p. 46.
 
×
cycles de conférences (6/10)

MELISSA RERAT ORGANISE UNE EXPOSITION

A L'ESPACE D'ART CONTEMPORAIN A L'UNIL ( Université de Lausanne)

Espace(s) féminin(s): Jen Morris, Elodie Pong

Commissaires : Ana Catarino Lopes et Melissa Rerat

Le Cabanon.ch

×
« Du côté de l’histoire de l’art » (7/10)
LE CYCLE DE CONFÉRENCE

« Du côté de l’histoire de l’art » se propose de dévoiler à ses auditeurs les coulisses de la recherche en histoire de l’art.

Dans cette perspective, l’Ecole donne chaque année carte blanche à un(e) jeune historien(ne) de l’art lequel vient narrer l’élaboration de son mémoire de Master.

Les quatre volets du cycle ambitionnent de mettre au jour le processus de construction de sa recherche : de la découverte du sujet à l’élaboration du discours critique en passant par l’étude du terrain et la recherche en archives.

×
« DU CÔTÉ DE L’HISTOIRE DE L’ART » (8/10)
Se servant de travaux de Master comme d’un fil rouge, le cycle vise à élargir les connaissances d’un sujet d’histoire de l’art et à accéder à une meilleure compréhension de l’objet artistique.


La durée d'un cycles est de 4 rencontres d'une durée d'une heure chacune environ.



Ce cycle de conférences a pour ambition de proposer un voyage à travers la réflexion, l’étude, l’expérience humaine, le doute et les problèmes tant théoriques que pratiques qui jalonnent un travail de mémoire universitaire.


×
« Du côté de l’histoire de l’art » (9/10)
L'historienne d'art viendra narrer son parcours quant à l'élaboration de son mémoire de Master
"de 1969 à aujourd'hui: les premières oeuvres photographiques et l'élaboration d'une carrière chez Jeff Wall, Ian Wallace et Christos Dikeakos.

Son étude servira de fil rouge à cette quête de l'objet artistique et à sa compréhension.

Les quatre volets du cycle ambitonneront de mettre au jour le processus de construction de cette recherche:
de la découverte du sujet à l'élaboration du discours critique en passant par l'étude du terrain, des archives et des interviews données au photographes canadiens.
×
« Du côté de l’histoire de l’art » (10/10)
Cycle présenté en 2009


1.
De la découverte du sujet à son développement.
2.
Sur le terrain canadien: faire parler les archives, les oeuvres, les artistes.
3.
L'élaboration du discours.
4.
Présentation des résultats de la recherche.





×