Ecrits & Presse (1/10)
— Presse
×
Ecrits & Presse (2/10)
— Presse
×
Ecrits & Presse (3/10)
— Presse
×
Ecrits & Presse (4/10)
— Presse
×
Ecrits & Presse (5/10)
— Presse
×
Ecrits & Presse (6/10)
— Presse
×
Ecrits & Presse (7/10)
Têtard, vous avez dit Têtard, comme c'est bizarre!

Grouillant dans une eau trouble, en essaim sous un nénuphar, solitaire derrière une pierre, le têtard cherche à grandir, à se familiariser avec un biotope parfois inhospitalier et pourtant riche de différences, d'expériences...

Un têtard c'est drôle et plein de vie; comme un mélange d'instinct et d'erreur, il évolue au gré du temps en apprenant...

A l'instar de cette petite bête pas encore grenouille mais déjà indépendante, Têtard se propose d'être un contexte acceuillant exigeant tout en étant malléable, pour quiconque désire se frotter à la création artistique et à ses arcanes.

Florence Grivel, historienne de l'art



×
Ecrits & Presse (8/10)
Il y a un lieu assez étrange à Lausanne: L'école Têtard.

C'est une maison faite de planches et de plantes qui organise des événements très diversifiés. Des repas italiens, des réunions de dessinateurs, des expositions de choses et autres, des discussions sur la peinture et le rock, des ateliers de sérigraphie, de son, de sculpture, etc.

L'école met en place depuis maintenant presque dix ans un espace qui stimule l'action directe et les initiatives poétiques sérieuses et assumées, telles que "les expositions de l'impossible", "les visites guidées de vos visions" (dès l'année prochaine) ou encore quelques séjours occasionnels dans les hautes sphères de la créativité poussée à bloc, à l'aide de méthodes aussi rigoureuses que rigolottes.

L'éveil, voire le sursaut, occasionné par ce genre de pédagogie, permet à tous les participants, sans exception, d'être reçu comme bon leur semble dans les hautes écoles d'arts visuels et appliqués de leur choix (eracom, ecal, esav, esbif, esbrouffe et j'en passe). Et c'est pas chose facile quand on sait les renommées de certaines dont on taira ici le nom, pour ne pas faire de jaloux.


×
Ecrits & Presse (9/10)
Mais qui connaît les avantages préliminaires d'un cadre institutionnel plus discret qu'une grenouille derrière un troupeau de kangourous, et dont l'ambition créative, à l'ordre du jour quotidiennement, se flatte de ne jamais convoquer certaines simiesques idées que quelques hautes écoles (dont on taira ici le nom, pour ne pas faire de jaloux) se permettent trop souvent d'utiliser pour leur prestige?

Car effectivement, Têtard la discrète a l'avantage de l'être. Et cette année, une chypriote et un danois l'ont bien compris. Non pas qu'il faille venir de ces lointaines contrées pour s'apercevoir du privilège de la situation (il n'y a pas plus de kangourous chez nous que là-bas), mais tout de même, les résultats montrés à l'occasion de l'exposition de fin d'année sont absolument rebondissants!

Apparemment, le cher directeur, qui, pour ne pas faire de jaloux, préfère taire son nom, apparemment donc, le cher directeur sait "s'entourer": toutes les personnalités travaillant au sein de l'école gravitent dans le quartier Bellevaux-Oiseaux. Une cuisinière danoise (les danois sont à la mode ce printemps) spécialiste en mets italiens, un graphiste mandaté régulièrement par "Le Monde" ou encore le magazine musical "Wire", ainsi qu'une ribambelle d'artistes du fameux gigantesque atelier de Bellevaux. Bref, que du beau monde, à l'image d'une équipe barcelonaise ne se souciant guère des origines prestigieuses de ses joueurs, mais préférant miser sur une "politique de quartier" active et confiante.

Jean-Christophe Huguenin, artiste, juin 2006
×
Ecrits & Presse (10/10)
— Presse
×